Les libéraux persistent à trahir les familles québécoises

Le député de Chicoutimi et chef de l’opposition officielle, Stéphane Bédard, et le député de Terrebonne et porte-parole en matière de famille, Mathieu Traversy, exigent du premier ministre qu’il recule à propos de la modulation des tarifs des services de garde, une mesure qui vient briser une autre de ses promesses électorales et que dénoncent les familles du Québec.

« Le premier ministre s'est fait élire en promettant d’annuler la hausse de 2 $ du tarif des services de garde, qui avait été annoncée avant les élections : première promesse brisée. Ensuite, il connaissait la situation réelle des finances publiques au moment où il a confié à la ministre le soin de développer le réseau et d’empêcher un choc tarifaire; il a donc renié une deuxième fois sa parole. Les Québécois n’ont pas voté pour ça; le gouvernement a délibérément brisé le lien de confiance avec la population », a déclaré Stéphane Bédard.

S’ajoute à cela l’arrêt du développement des places en service de garde, tel que l’a confirmé, en douce, le gouvernement libéral dans un communiqué, le 20 novembre.

« Cette autre trahison déçoit grandement les familles et inquiète les parents qui cherchent une place en service de garde pour leur tout-petit. Au lieu de remplir son engagement et de développer les places en CPE, le gouvernement freine la quasi‑majorité des projets et ouvre toute grande la porte aux garderies privées non subventionnées », a ajouté Mathieu Traversy.

« Les députés libéraux ont eu l’occasion, aujourd’hui, de porter la voix des familles de leur circonscription. Ils ont toutefois voté pour soutenir le gouvernement, malgré le fait qu’il ait trahi les familles en reniant la promesse électorale qu’il leur avait faite. Ce sera à eux d’aller expliquer aux parents leur décision de cautionner le bris de promesse de leur premier ministre », a conclu le chef de l’opposition officielle.

 

lire la suite

Le premier ministre a menti trois fois aux familles du Québec

Le député de Chicoutimi et chef de l’opposition officielle, Stéphane Bédard, et le député de Terrebonne et porte-parole en matière de famille, Mathieu Traversy, dénoncent la nouvelle surprise que réserve le gouvernement libéral aux familles du Québec, alors que le développement de nouvelles places en service de garde est totalement freiné.

« Tous les Québécois gardent en mémoire que le premier ministre s'est fait élire en promettant d’annuler la hausse de 2 $ du tarif des services de garde, qui avait été annoncée avant les élections. Or, il connaissait la situation réelle des finances publiques au moment où il a confié à la ministre le soin de développer le réseau et d’empêcher un choc tarifaire. En effet, lorsque la ministre de la Famille a été assermentée, le 23 avril, le premier ministre lui a indiqué, et je le cite : "vous verrez à poursuivre le développement des places en garderie et [à] éviter un choc tarifaire aux familles de la classe moyenne en optant pour une indexation de tarifs". Donc, il a renié deux fois sa parole », a déclaré Stéphane Bédard.

Troisième recul

En outre, le 20 novembre dernier, par une petite ligne d’un communiqué de presse, le premier ministre annonçait l’arrêt du développement des places en service de garde à contribution réduite, sauf de celles déjà en construction ou rendues officielles par un contrat signé. Ça veut dire notamment que le développement des 15 000 places est arrêté, mais, plus encore, que celui des trois quarts des 13 000 places annoncées en 2011 l’est aussi.

« Depuis hier, les conseillers du ministère de la Famille appellent les responsables de projets en service de garde pour leur dire que tout est maintenant sur la glace. À Montréal, 2692 places ont été octroyées. Comme seulement 205 places sont déjà construites ou en voie de l’être, ce sont 2487 enfants à qui nous devrons maintenant trouver une nouvelle place. À Laval, tous les projets sont bloqués. Bref, les familles du Québec ont été trahies trois fois par le premier ministre et son gouvernement », a conclu Mathieu Traversy.

 

lire la suite

Consternation dans le milieu des services éducatifs de garde à l’enfance

UNIVERSALITÉ. L’Association québécoise des CPE (AQCPE) et une coalition de partenaires du milieu sont consternées à la suite d’un article paru dans Le Devoir, le 5 novembre, annonçant la fin du tarif unique de 7,30 $, à compter du 1er avril 2015.

Rappelons que le prix était gelé à 7 $ depuis 2004, et ce, jusqu’en octobre dernier.

Selon des documents destinés au Conseil des ministres et dont le média montréalais a pris connaissance, le gouvernement s’orienterait vers une modulation des tarifs des centres de la petite enfance (CPE), des garderies privées subventionnées et des services de garde en milieu familial en fonction des revenus des familles.

Ceci mettrait fin, sans aucune consultation des partenaires du milieu, à l’universalité des services de garde éducatifs à l’enfance. Ces mesures toucheraient particulièrement les familles de classe moyenne.

«Personne n’est autour de la table dans les discussions, s’indigne Louis Sénécal, président-directeur général de l’AQCPE. On n’est pas consultés. L’universalité, l’accessibilité, la qualité et le développement sont remis en question. Les Libéraux s’étaient engagés, avant les élections, à ne pas toucher à la tarification.»

Comme l'a rappelé l'AQCPE, les CPE ont participé à une hausse significative du PIB grâce à la présence massive de femmes sur le marché du travail.

Laval: «exemple de l'approche libérale»

Laval serait un parfait exemple de l'approche libérale en matière de services de garde, selon Jean-Pierre Germain, directeur général du CPE Youpi et vice-président du conseil d'administration de l'AQCPE.

«Entre 2011 et 2013, près de 2000 places en garderies privées ont été développées à Laval, souligne-t-il. Ce développement sans limites a fait en sorte qu'aujourd'hui, on retrouve ce type d'établissement dans des locaux de centres commerciaux mal adaptés et les services qui y sont offerts sont de moindre qualité. Le report jusqu'en 2021 de la création de nouvelles places ne fera qu'encourager ce développement désordonné et nuisible.»

Message aux électeurs

Le député de Terrebonne et porte-parole de l'opposition officielle en matière de famille, Mathieu Traversy, a tenu à passer un message clair à la population lavalloise, alors qu’il était de passage dans la circonscription de Francine Charbonneau, députée des Mille-Îles et ministre de la Famille, au CPE Force Vive.

«Je vous demanderais de faire entendre votre voix, particulièrement à Laval, car vous êtes les électeurs et électrices de Mme Charbonneau, a affirmé M. Traversy. Je vous dirais qu’elle a besoin de se faire rappeler à l’ordre. Sa responsabilité comme ministre, c’est de représenter les parents et les gens du réseau. Vous êtes laissés de côté. […] Vous allez devoir vous battre et vous avez deux choix: soit vous coucher ou vous lever debout.»

Il confirme qu’à l’Assemblée nationale, rien n’a été soulevé quant à la fin du tarif unique. «Des choses qui n’avaient jamais été discutées auparavant nous arrivent aujourd’hui comme un ballon dans le visage, ajoute le député de Terrebonne. La ministre Charbonneau ne nous parle pas et ne parle pas à l’AQCPE.»

Une pétition a été mise en ligne par le mouvement initié par l’AQCPE, dans le cadre de sa tournée pour mobiliser les parents quant à la sauvegarde de la politique familiale.

Rappelons qu’environ 70 M$ ont été coupés dans le dernier budget du ministère de la Famille.

Pour consulter la pétition: www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-4833/index.html

Source : http://www.courrierlaval.com/Actualites/Societe/2014-11-05/article-39297...

lire la suite

Le gouvernement libéral fera payer les familles de la classe moyenne

Le député de Chicoutimi et chef de l’opposition officielle, Stéphane Bédard, et le député de Terrebonne et porte‑parole en matière de famille, Mathieu Traversy, dénoncent l’acharnement du gouvernement libéral sur les familles québécoises.

« Jamais les familles du Québec n’auront été attaquées aussi directement. Philippe Couillard, en campagne électorale, dénonçait un potentiel choc tarifaire pour les familles de la classe moyenne; jamais il n’a parlé de la taxe famille qu’il compte maintenant imposer. Les libéraux se disaient alors contre une hausse de 1 $ des tarifs et, une fois au pouvoir, ils trouvent correct d’imposer une augmentation de 5 $! Ce ne sont pas les mieux nantis qui paieront pour cette mesure; ce sont les familles de la classe moyenne, qui peinent déjà à joindre les deux bouts », a dénoncé Stéphane Bédard.

Quant au député de Terrebonne, il souligne que la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, n’a toujours pas nié qu’elle avait l’intention de taxer davantage les familles de la classe moyenne en modulant les tarifs selon les revenus.

« La ministre affirme que tout est encore sur la table. Or, nous constatons aujourd’hui que son idée est faite et que les familles paieront plus. Elle dit aussi que les nombreux scénarios examinés sont en constante évolution. La vérité, c’est qu’elle n’a pas le contrôle, sauf dans l’intention de faire payer les familles. S’attaquer à l’universalité des tarifs en service de garde par idéologie, c’est s’attaquer à l’égalité des chances et à l’essence même du réseau créé il y a 15 ans. Je lui rappelle que les services de garde, c’est un investissement, pas une dépense », a ajouté Mathieu Traversy.

« N’oublions pas que le gouvernement d’Ottawa, de son côté, vient d’augmenter les crédits d’impôt fédéraux pour les services de garde. Cependant, les familles du Québec n’en bénéficient pas, en raison de l’existence de notre réseau. Et que fait le gouvernement de Philippe Couillard pour remédier à ce problème? Il pige dans les poches des familles déjà surtaxées », a conclu Stéphane Bédard.

lire la suite

La ministre Francine Charbonneau doit rassurer les familles du Québec

Le député de Chicoutimi et chef de l’opposition officielle, Stéphane Bédard, et le député de Terrebonne et porte‑parole en matière de famille, Mathieu Traversy, ont réitéré la demande des députés du Parti Québécois pour que la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, rassure les familles du Québec, soit transparente et qu’elle cesse de réfléchir à un moyen de les taxer davantage.

Le député de Terrebonne a d’ailleurs participé aujourd’hui à un point de presse en compagnie de représentants du Mouvement pour la sauvegarde de la politique familiale québécoise. La campagne Toujours fous de nos enfants? rassemble des citoyens et des organisations concernés par le maintien des mesures qui fondent notre politique familiale, notamment le développement des places en CPE, le Régime québécois d’assurance parentale et la conciliation famille‑travail‑études.

« La ministre Francine Charbonneau a retardé le développement de milliers de places en service de garde attendues par les parents. De plus, la Commission de révision permanente des programmes a clairement dans sa mire la politique familiale du Québec; c’est très inquiétant. Les familles du Québec paieront pour l’austérité libérale. La ministre doit faire son travail pour les familles, être claire et les défendre dans toutes les régions », a déclaré Stéphane Bédard.

« L’actualité de ce matin nous confirme que l’Association québécoise des CPE a raison d’être inquiète et que le gouvernement remet en cause le principe de l’universalité. La ministre doit sortir de son mutisme et rassurer les familles québécoises; c’est son devoir », a ajouté Louis Senécal, directeur général de l’Association.

Le député de Terrebonne a rappelé tous les effets positifs d’une politique familiale forte, autant sur le plan social qu’économique.

« Grâce à cette politique familiale ambitieuse, le Québec a notamment permis aux parents de concilier la vie de famille et le travail, ou même de retourner aux études. Les mères et pères monoparentaux ont amélioré leurs conditions de vie. Plus de 70 000 femmes ont accédé plus rapidement au marché du travail. Financer les services de garde et le soutien aux familles, ce n’est pas une dépense, c’est un investissement, c’est une mesure de développement économique », a conclu Mathieu Traversy.

lire la suite

Le Parti Québécois réclame la sauvegarde de la politique familiale québécoise

Le député de Terrebonne et porte‑parole de l’opposition officielle en matière de famille, Mathieu Traversy, annonce qu’il déposera demain une motion demandant au gouvernement libéral de réitérer son engagement envers la politique familiale québécoise.

« Ce qu’on voit de ce gouvernement, ce sont des attaques directes aux mesures de la politique familiale. La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, a retardé le développement de milliers de places en service de garde très attendues par les familles. De plus, le gouvernement laisse planer le doute et l’incertitude sur ces services, en ne niant pas vouloir couper dans le Régime québécois d’assurance parentale. On nous dit que tout est sur la table. Heureusement, la mobilisation se poursuit partout au Québec; les familles tiennent à leur politique familiale », a déclaré Mathieu Traversy.

La motion se lit comme suit :

« Que l'Assemblée nationale réitère son engagement envers la politique familiale québécoise;

Qu’elle exhorte le gouvernement à préserver intégralement les mesures de cette politique et à assurer le maintien des quatre piliers du réseau des services de garde : la qualité, l’universalité, l’accessibilité et le développement. »

L’opposition officielle souhaite que tous les partis représentés à l’Assemblée nationale consentent à cette motion et que le débat espéré ait lieu.

Depuis le début de la mobilisation pour la sauvegarde de la politique familiale Toujours fous de nos enfants?, initiée par l’Association québécoise des CPE le 22 octobre dernier, les députés du Parti Québécois ont participé aux différentes activités dans les régions.

lire la suite

Le Parti Québécois défend les familles

Le député de Terrebonne et porte‑parole de l’opposition officielle en matière de famille, Mathieu Traversy, demande au gouvernement libéral de s’engager à maintenir le soutien financier aux haltes-garderies communautaires.

« Les haltes-garderies communautaires accueillent près de 45 000 enfants chaque année. Elles permettent d’aider de nombreuses familles, souvent parmi les plus vulnérables de notre société. Nous partageons l’inquiétude de l’Association des haltes-garderies communautaires du Québec et nous déplorons le manque de transparence du gouvernement ainsi que l’inquiétude qu’il sème dans tous les milieux, mais surtout au sein des familles », a déclaré Mathieu Traversy.

La motion adoptée unanimement se lit comme suit :

« Que l’Assemblée nationale reconnaisse le travail important des haltes-garderies communautaires qui répondent à un large éventail de réalités familiales et sociales et qui visent à accompagner les familles québécoises;

Qu’elle s’engage à maintenir le programme de soutien financier des haltes-garderies communautaires et à assurer la pérennité des fonds qui lui sont consacrés. »

Le député rappelle que le bien-être des familles a toujours été au cœur de l’engagement du Parti Québécois. Notre gouvernement s’était d’ailleurs fermement engagé à rehausser significativement le financement des organismes communautaires de 162 M$, dont 5 M$ étaient destinés à ceux œuvrant auprès des familles. Malheureusement, le gouvernement libéral a décidé de rompre avec cet engagement, ignorant les besoins criants des organismes communautaires.

« Plus de 200 organismes offrent le service de halte-garderie à des gens qui en ont grandement besoin. Entre autres choses, ces services permettent à des parents de suivre des formations, de chercher un emploi, ou à des nouveaux arrivants de suivre des cours de francisation et, ainsi, d’augmenter leur capacité d’intégration. Ayant voté en faveur de la motion, le gouvernement doit maintenant passer de la parole aux actes et appuyer clairement les organismes », a conclu le député de Terrebonne.
 

lire la suite

Les enfants demeurent une priorité dans la recherche de solutions

Le député de Terrebonne et porte-parole de l’opposition officielle enmatière de Famille et de Lutte à l’intimidation, Mathieu Traversy, a rencontré ce matin le cabinet du ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), le sous-ministre adjoint responsable du dossier, un représentant de la Commission scolaire de la Seigneurie des Mille-Îles (CSSMI) ainsi que les porte-parales du groupe de parents dans le dossier de l’agrandissement de l’école Marie-Soleil-Tougas afin trouver une réelle solution au problème de débordement de l’école.

Somme toute, le député est sorti satisfait : « Les parents et moi-même avons pu exposer notre point de vue au sous-ministre et ce dernier semblait très réceptif à la situation difficile que peuvent vivre ces enfants de 5 à 11 ans. Rappelons que les enfants du secteur St-Roch doivent faire entre 44 et 118 minutes d’autobus aux heures de pointe afin d’aller et revenir de l’école, ce qui est inacceptable pour ce jeune âge! » affirme Mathieu Traversy. « Tous autour de la table se sont entendus pour trouver une solution durable et rapide. Nous avons un beau défi sur la Rive-Nord qui est de gérer efficacement la croissance démographique; il ne faut pas que ça devienne un problème pour les citoyens. »

Ainsi, plusieurs mesures ont été mises sur la table. « Il a été convenu que le MELS et la CSSMI travaillent en partenariat avec le groupe de parents et moi-même afin de trouver des mesures temporaires à court terme afin d’en arriver à une solution permanente qui sera acceptable pour tous. Que ce soit la révision de la règle administrative du 20 kilomètres à la ronde, en passant par le redécoupage des territoires de dessertes ou encore par l’installation d’infrastructures temporaires de type modulaire, rien n’a été mis de côté. Enfin, nous avons réitéré la demande que l’école doit être agrandie afin de satisfaire les besoins d’aujourd’hui, mais aussi du futur, » a renchéri le député de Terrebonne.

Les gens présents autour de la table ce matin étaient à la recherche de solutions dans le meilleur intérêt de nos jeunes. « Espérons que ces discussions conduiront à des gestes concrets de la part de la commission scolaire et du ministère. Les familles de Terrebonne-Ouest ont déjà fait plusieurs sacrifices, il faut maintenant que la situation s’améliore à brève échéance pour faciliter l’apprentissage des élèves concernés, » conclut le député Mathieu Traversy.

lire la suite

Le forum d’un côté, les compressions libérales de l’autre

Le député de Terrebonne et porte‑parole de l’opposition officielle en matière de lutte contre l’intimidation, Mathieu Traversy, la députée de Pointe‑aux‑Trembles et porte‑parole en matière d’éducation primaire et secondaire et de persévérance scolaire, Nicole Léger, ainsi que le député de Lac‑Saint‑Jean et porte‑parole en matière de justice, Alexandre Cloutier, dénoncent l’incohérence du gouvernement libéral, qui tient une grand-messe pour s’attaquer à l’intimidation et à la violence dans les écoles, alors qu’au même moment, il suggère aux établissements de couper dans l’enveloppe prévue à cette fin.

Rappelons qu’au cours de l’été, le cabinet du ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, a remis aux commissions scolaires une liste comprenant 32 suggestions de coupes possibles dans les services directs aux élèves. On constate malheureusement ce matin que certaines commissions scolaires vont suivre les conseils du cabinet du ministre et couper dans les budgets consacrés à la mesure Prévenir et combattre l’intimidation et la violence dans les écoles.

« Comment le gouvernement libéral a-t-il pu suggérer de couper dans les budgets dédiés à la lutte contre l’intimidation dans les écoles, alors que c’est supposé être une priorité pour le premier ministre et la ministre de la Famille? En ce moment même, ils participent tous les deux à un forum sur ce thème; où est la cohérence? », a demandé le député Mathieu Traversy.

Nicole Léger a pour sa part insisté sur la responsabilité du ministre Yves Bolduc. « Combien a‑t‑on coupé dans la lutte contre l’intimidation dans les écoles du Québec? Le ministre de l’Éducation est responsable de cette triste situation, et c’est son devoir de chiffrer l’ampleur des dégâts. Les Québécois ont le droit de savoir », a déclaré la députée.

« Est-ce que ces compressions affecteront l’application du Plan d’action gouvernemental de lutte contre l’homophobie 2011‑2016 dans les écoles du Québec? La situation est inquiétante. La ministre de la Justice ne peut pas rester les bras croisés; elle doit intervenir auprès de son collègue ministre de l’Éducation », a affirmé Alexandre Cloutier.

lire la suite

Le Parti Québécois invite la population à signer une pétition pour que soit maintenue la politique familiale du Québec

Le député de Terrebonne et porte-parole de l’opposition officielle en matière de famille, Mathieu Traversy, invite la population à signer en grand nombre une pétition pour que soit maintenue la politique familiale du Québec, une initiative de l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) que parraine le député.

« On peut se demander ce que les familles du Québec ont fait au gouvernement libéral pour qu’il s’acharne à ce point sur elles. Les coupes découlant de sa politique d’austérité font mal aux familles. La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, a d’abord retardé le développement de milliers de places en service de garde. Le
gouvernement planche également sur une ʺtaxe familleʺ, par laquelle la classe moyenne paiera encore plus. Comme si ce n’était pas assez, il veut aussi mettre la hache dans l’assurance parentale », a déclaré Mathieu Traversy. Le député rappelle que notre politique familiale est un joyau important à conserver, pour le développement économique et social du Québec.

« Ce sont des mesures sociales progressistes qui ont fait avancer le Québec. Elles constituent des éléments essentiels à l’épanouissement de notre société, un soutien capital aux jeunes familles, et il n’est pas question de les démanteler au nom d’un exercice comptable mené à courte vue. En offrant du soutien aux jeunes parents, nous leur permettons de mieux concilier la vie de famille et le travail, de participer pleinement à la société », a conclu Mathieu Traversy.

La pétition est affichée sur le site Internet de l’Assemblée nationale, à l’adresse https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-483....

lire la suite

Pages