Le milieu politique réagit

Les attentats perpétrés à Nice n’ont laissé personne indifférent. À l’instar des citoyens, le milieu politique a lui aussi montré son soutien aux victimes, dont Mathieu Traversy, qui profitait de vacances à deux kilomètres du drame, le 14 juillet.

Le député de Terrebonne a décidé de célébrer la fête des Français à Villefranche-sur-Mer plutôt qu’à Nice. Témoin de la stupeur des gens au moment de l’attentat, il a publié sur Facebook : «Mes pensées sont tournées vers les proches des victimes, les Niçois et les Français. Les mots ne sont pas assez forts pour exprimer l’atrocité de cette tragédie.»

Les villes de Mascouche et de Terrebonne ont mis leurs drapeaux en berne en guise de soutien. «Nos pensées vont à Nice, aux victimes et aux familles touchées en ce jour sombre pour la démocratie. Nous sommes tous, de près ou de loin, ébranlés par cette tragédie», a souligné Guillaume Tremblay, maire de Mascouche.

Conseiller municipal de Mascouche et natif de France, Bertrand Lefebvre a pour sa part reçu beaucoup d’appui. «Nous sommes une fois encore, une fois de trop, frappés par cet attentat horrible. La France, ce grand pays, devra se relever de cet acte de barbarie. Merci beaucoup, amis Québécois, pour votre support moral», a-t-il répondu sur sa page Facebook.

François Legault, député de L’Assomption et chef de la CAQ, a qualifié l’intégrisme islamiste comme étant «l’ennemi commun le plus important que les démocraties ont connu depuis des décennies». «Nous ne devons ménager aucun effort pour le combattre et pour l’éliminer», a-t-il dit par communiqué, en transmettant ses pensées au peuple français.

La Revue

lire la suite

«Le danger qui plane sur le peuple français peut toucher n'importe qui»

(Québec) En vacances en banlieue de Nice, le député de Terrebonne du Parti Québécois, Mathieu Traversy, se trouvait au milieu de festivités du 14 juillet à deux kilomètres à peine de la Promenade des Anglais, où un camion a chargé la foule faisant plusieurs dizaines de morts. Il s'est réveillé vendredi matin dans une Côte d'Azur abasourdie par le drame.

Le politicien aurait très bien pu se trouver directement à Nice, sur la Promenade des Anglais, la tête levée vers les feux d'artifice, lorsque le camion de la mort a foncé vers la foule. «On a décidé d'aller faire les festivités de la fête nationale à Villefranche-sur-Mer plutôt que d'aller à Nice, même si c'est ce que tout le monde nous conseillait. Nice étant plus populeuse, c'est là où les grandes festivités avaient lieu.»

Après les feux d'artifice à Villefranche-sur-Mer, les gens ont commencé à s'agiter, relate Mathieu Traversy. Le mot de la terrible tragédie à 2,2 kilomètres de là se passait. «C'était un peu la stupeur, mais aussi à la fois le branle-bas de combat, parce que tous les citoyens et même les touristes avaient pour la plupart des amis ou des membres de la famille qui étaient en train de fêter à Nice à côté.»

Le député de Terrebonne avait lui même des amis du Québec qui s'y trouvaient, heureusement sains et saufs. 

C'est une serveuse d'un restaurant qui a annoncé au politicien, et à ses amis qui l'accompagnaient, ce qui venait de se passer. «Les télévisions se sont ouvertes dans toutes les brasseries pour voir en direct ce qui se passait. Les gens sont rapidement retournés chez eux pour être en sécurité et tenter d'avoir des nouvelles de leurs proches.» 

À ce moment, des rumeurs à Nice couraient, qu'en plus du camion ayant chargé la foule, des coups de feux avaient été tirés, et même que des otages auraient été détenus. «Ce qu'il faut comprendre c'est que les Français sont très sensibles aux évènements, c'est la troisième fois en quelques mois que ce genre de situation se passe. Les gens sont aux aguets et ça crée beaucoup de tension dans l'environnement dans lequel nous étions plongés.»

Rejoint par le Soleil tôt vendredi matin, Mathieu Traversy parlait d'une ambiance lourde dans les environs de Nice. «Les gens sont à essayer de comprendre ce qui se passe. Ils sont sur le qui-vive et se demandent si c'est terminé. Les conseils que les locaux se donnent entre eux c'est d'éviter les grandes foules, les grands rassemblements.»

Bien que le mot d'ordre après chaque attaque du genre est de ne pas se laisser effrayer par les terroristes, de continuer à vivre normalement, le politicien sentait au lendemain du drame un sentiment de sécurité collective qui s'effrite, en France. «Les gens ici comprennent maintenant que le danger qui plane sur le peuple français peut toucher n'importe qui et que c'est évidemment plus dur à contrôler que d'autres menaces que l'on a connu auparavant. On dirait que cette troisième attaque en peu de temps a ébranlé la confiance.»

Mathieu Traversy reviendra à Montréal dans les prochains jours. «On revient par l'aéroport de Nice, on va suivre les évènements dans les prochaines heures pour s'assurer que tout est sécuritaire.»

La Presse.ca

 

lire la suite

Impliqués au-delà de la politique

Près d’une centaine de donneurs ont participé à la toute première collecte de sang du Conseil régional des jeunes (CRJ) du Parti Québécois de Lanaudière, le 27 juin à l’école Tournesol, dans le secteur Le Gardeur. Pour l’occasion, les députés péquistes de la région, soit Mathieu Traversy (Terrebonne), Véronique Hivon (Joliette), Nicolas Marceau (Rousseau), et André Villeneuve (Berthier) se sont déplacés afin de saluer l’initiative du CRJ et de son président, Philippe Payette. «Philippe Payette a accepté la présidence du CRJ en ayant comme visée que les jeunes s’impliquent dans leur communauté. C’est pourquoi le CRJ était présent pour la dernière édition d’Opération Nez Rouge, qu’il a aidé l’organisme Fin à la faim et qu’il a récemment participé au Relais pour la vie de la Société canadienne du cancer», ont souligné les députés, qui entourent ici M. Payette de même que Monique Pauzé, députée bloquiste de Repentigny. «Aujourd’hui, nous sommes fiers d’être à leurs côtés pour appuyer l’organisation de leur collecte de sang. Leur apport à la communauté est significatif et nous saluons leur implication dans ce projet», a pour sa part conclu le président du caucus des députés du Parti Québécois de Lanaudière, Nicolas Marceau. (VT)

La Revue

lire la suite

Les députés péquistes dénoncent les nouvelles compressions en santé

LANAUDIÈRE. Le caucus du Parti québécois de la région dénonce les nouvelles compressions de 242 M$ en santé annoncées cette semaine, dont 6,8 M$ dans les établissements de Lanaudière.


Le caucus péquiste dans Lanaudière: Nicolas Marceau, Véronique Hivon, Mathieu Traversy et André Villeneuve.


« Il est évident que le réseau, déjà sous pression, sera incapable d’atteindre les nouvelles cibles de compressions sans réduire les services à la population, déjà lourdement touchés par l'austérité libérale », peut-on lire dans un communiqué transmis par les députés lanaudois.

Au cours des deux dernières années, rappellent-ils, la région a fait face à des compressions de plus de 20 M$ dans les soins et services de santé.

« L’effet libéral frappe encore et la population lanaudoise en paye les frais. Le ministre de la Santé ne cesse de couper dans les services essentiels, ce qui engendre des abolitions de postes qui sont pourtant indispensables pour répondre aux besoins de nos citoyennes et de nos citoyens. Il y a un manque flagrant de préposés aux bénéficiaires dans les hôpitaux et les CHSLD, les heures de soins à domicile et de répit ont été rationnées, la qualité de vie de nos ainés se dégrade de façon dramatique, les plus démunis et les plus vulnérables de notre société sont à la merci des décisions libérales, qui coupent sans vergogne dans notre réseau de santé public ».

Les députés péquistes ont invité le ministre de la Santé, Gaétan Barrette à expliquer ses décisions qu'ils qualifient d'injustifiables.

« Pourquoi continuer à amputer notre système public, puisque l’équilibre budgétaire a été atteint? Est-ce pour financer le privé, pour lequel le ministre semble toujours capable de trouver de l’argent, que ce soit pour les cliniques de chirurgie, les supercliniques? Est-ce pour en donner plus aux médecins? », questionnent-ils finalement. (CM)

L'action.com

lire la suite

Un bilan peu reluisant du gouvernement libéral

Alors que la session parlementaire à l’Assemblée nationale vient de se terminer pour la saison estivale, le député de Terrebonne, Mathieu Traversy, dresse un bilan catastrophique du gouvernement libéral.

«Philippe Couillard dirige un gouvernement dysfonctionnel. Tout au long de la session, ce gouvernement s’est enfoncé davantage.» Ce constat du député Traversy est le même dans tous les domaines. «Les incohérences, les scandales et l’incapacité du premier ministre à prendre les bonnes décisions ont nui et ont coûté cher aux travailleurs et aux familles du Québec.»

«Quant à la CAQ, poursuit M. Traversy, François Legault s’imagine premier ministre alors que son parti est troisième depuis sa création. Manifestement, il a plus d’ambition pour lui-même qu’il n’en a pour le Québec.»

Ratés en économie

«Clairement, le Parti libéral n’est pas le parti de l’économie. Les mesures d’austérité ont fait beaucoup de dégâts. L’équilibre budgétaire a été atteint à très fort prix, mais ce n’est certainement pas ressenti chez les médecins. De plus, la promesse libérale de créer 250 000 emplois est un échec lamentable. C’est un vrai fiasco sur le plan de l’emploi et ça s’est poursuivi à la dernière session. C’est sans parler de l’immobilisme du gouvernement dans les ventes de RONA et St-Hubert, par exemple.»

Mathieu Traversy a également jugé sévèrement le gouvernement en matière d’éducation.

«Ce gouvernement est celui qui a investi le moins au cours des 15 dernières années. Le démantèlement du réseau public des services de garde s’est poursuivi, et le ministre a avoué son impuissance face aux écoles illégales. En éducation également, nous avons reculé.»

Intégrité déficiente

Du côté de l’intégrité, Mathieu Traversy a été tout aussi critique.

«Nous avons retrouvé le bon vieux parti de Jean Charest. Crise majeure au MTQ, contradictions graves dans l’affaire RONA, manquements à l’éthique pour Sam Hamad et déclaration inconsidérée de la ministre responsable de la Loi électorale. Le gouvernement libéral a un sérieux problème sur le plan de l’intégrité.»

Course au leadership

En même temps, Mathieu Traversy a tenu à rappeler les gains obtenus grâce au Parti Québécois, soit le retrait du projet de loi 59 portant sur les discours haineux, le dépôt d’un projet de loi pour abolir les frais accessoires et la protection des terres agricoles.

«Nous sommes le parti du changement et la dernière session l’a encore une fois prouvé», insiste-t-il.

Commentant le départ de Pierre Karl Péladeau et de Bernard Drainville, le député de Terrebonne a admis qu’il n’y avait jamais de bons moments pour partir, en soulignant qu’aucune prime n’a été versée.

«Nous devons comprendre les raisons de chacun. C’est probablement mieux ainsi puisque le cœur n’y était plus. Or, le parti est en train de se renouveler et c’est très positif», conclut-il.

La Revue

lire la suite

Le député péquiste Mathieu Traversy parle environnement en Haute-Yamaska

POLITIQUE. Le député de Terrebonne à l'Assemblée nationale, Mathieu Traversy, était de passage dans la région de la Haute-Yamaska aujourd'hui, afin de discuter d'environnement.

Celui qui est aussi le porte-parole de l'opposition en matière d'environnement à Québec, a notamment visité les installations de l'entreprise Sani-Éco à Granby. Il a aussi rencontré des gens de la Fondation pour la sauvegarde des écosystèmes du territoire de la Haute-Yamaska ainsi que des organismes de bassins versants locaux.


«Les discutions avec les gens rencontrés ont porté sur la qualité de l'eau et ce qui est fait ici au niveau des matières résiduelles. Je recueille des idées et des suggestions. Cela permettra de bonifier le volet environnemental du programme électoral du Parti québécois en vue des prochaines élections», raconte le péquiste. Selon lui, certains éléments discutés pourraient aussi servir pour la course à la direction du PQ.

L'environnement est délaissé par le PLQ

Aux yeux du député de Terrebonne, les questions environnementales ne sont pas prioritaires pour le gouvernement Couillard.

«Plusieurs groupes environnementaux sont dans un état de précarité. Ça serait peut-être important que les libéraux investissent un peu plus en environnement. C'est très important de garder notre patrimoine environnemental. Le budget consacré à l'Environnement est en chute libre, alors que les défis ne cessent d'augmenter. On peut dire que la marchandise n'est pas livrée par le gouvernement et le ministre de l'Environnement, David Heurtel», ajoute-t-il. Mathieu Traversy poursuivra sa tournée environnementale à travers la province.

Granby Express

lire la suite

Hommage à Bernard Drainville

Le député de Terrebonne, Mathieu Traversy, s’est dit surpris par le départ de son collègue Bernard Drainville, qui a annoncé en début de semaine qu’il quittait la vie politique pour prendre le micro aux côtés d’Éric Duhaime, au FM93.

«Je suis surpris, mais d’un autre côté, c’est une occasion intéressante qui lui permettra de rester dans le débat public et de donner son opinion», a-t-il confié à La Revue.

Selon le député de Terrebonne, le départ de Pierre Karl Péladeau, il y a quelques semaines, a eu un impact sur sa décision. «Je pense qu’il a été très ébranlé par son départ. C’est un peu grâce à Bernard Drainville que Pierre Karl avait cheminé d’aussi belle façon au sein du parti et qu’il avait développé son talent de communicateur parlementaire. Il a mis beaucoup d’énergie là-dessus, et j’imagine que son départ l’a démoralisé un peu.»

Évidemment, le départ du député de Marie-Victorin ne sera pas sans impact pour la formation politique. «Nous perdons un bon parlementaire. Par contre, dans l’opposition, les changements qu’il souhaitait apporter ne pouvaient pas progresser au même rythme que lorsque nous formions le gouvernement. À l’époque, il était un vrai Speedy Gonzales (rires)! C’est un homme qui carbure aux défis et à l’adrénaline, et le contexte actuel ne pouvait peut-être pas lui offrir toute l’atmosphère “galvanisante” qui vient avec le pouvoir. La radio, ce sera un beau défi pour lui.»

En quelques semaines, ce sont donc deux grosses pointures qui quittent le parti. «Ce sont des choses qui arrivent. Depuis les dernières élections, il y a eu des départs, du côté tant des péquistes que des caquistes et des libéraux. C’est fréquent, surtout pendant les deux premières années de mandat. Mais j’ai bon espoir que notre parti se ressaisira avec un nouveau chef et un nouveau programme pour les prochaines élections.»

Sur Facebook, Mathieu Traversy a tenu à remercier Bernard Drainville, un homme «intègre et authentique» qui a été pour lui un collègue, un mentor et un ami. 

La Revue

lire la suite

Mathieu Traversy honoré par la SNQL

Mathieu Traversy honoré par la SNQL

À l’occasion du lancement régional de la fête nationale du Québec, le 7 juin, la Société nationale des Québécoises et des Québécois de Lanaudière (SNQL) a honoré le député de Terrebonne, Mathieu Traversy, en lui remettant le prix «Artisan de la Fête nationale» 2016. Rappelons que cette distinction, créée en 2009, a pour but de souligner la contribution d’organisateurs et de bénévoles qui sont, année après année, plus de 15 000 à œuvrer partout au Québec. «Engagé dans sa communauté depuis son plus jeune âge, passionné de politique et militant pour la cause du Québec, c’est avec ardeur et conviction que Mathieu Traversy fait la promotion de notre identité québécoise. Distributions de drapeaux du Québec, concours de pavoisement, 5 à 7 pour souligner la fête nationale… Rien n’est à son épreuve pour [célébrer] notre identité nationale et partager sa passion du Québec. C’est un homme de terrain et près des gens. Avec un tel enthousiasme, et une telle passion, comment ne pas être contagieux», a-t-on témoigné du côté de la SNQL. M. Traversy a reçu une reproduction d’une œuvre conçue spécialement pour l’occasion par Armand Vaillancourt. Il pose ici aux côtés de Christine Huard, de la SODECT, et de Nicole Destrempes, de la SNQL. (VT)

La revue

 

lire la suite

Pour une loi zéro émission plus forte

Le député de Terrebonne et porte-parole du Parti Québécois en matière d’environnement et de lutte contre les changements climatiques, Mathieu Traversy, accueille avec déception l’aveu du gouvernement libéral, qui admet qu’il n’atteindra pas sa cible de 100 000 véhicules électriques en 2020. Comme le démontre un document déposé lors de l’annonce du projet de loi sur une norme zéro émission, le ministre de l’Environnement confirme en effet qu’en 2020, quelque 83 252 véhicules électriques rouleront au Québec à la suite de l’adoption de cette norme. «C’est 17 % en dessous de l’objectif annoncé par le Plan d’action en électrification des transports 2015-2020.» Le député de Terrebonne constate également que la loi zéro émission ne se mettra véritablement en place qu’en 2018. «Avec cet échéancier si éloigné, on comprend pourquoi le gouvernement ratera sa cible», a-t-il poursuivi. Il insiste : en l’absence d’un virage immédiat dans le secteur des transports, le premier émetteur de gaz à effet de serre, le Québec ne sera pas en mesure d’atteindre sa cible de réduire de 20 % ses émissions d’ici 2020 par rapport aux niveaux de 1990. «Sans une loi zéro émission forte, c’est certain que le gouvernement se dirige vers un autre échec.» Malgré tout, le Parti Québécois réitère son appui au principe d’une loi zéro émission, lui qui a été le premier parti politique québécois à déposer, en avril 2015, un tel projet de loi. (VT)

La Revue

lire la suite

Certains gains, mais aussi une possible taxe

Si l’adoption du projet de loi 76 concernant la gouvernance des transports collectifs dans le grand Montréal comporte plusieurs points positifs, selon les élus de la MRC Les Moulins, elle pave aussi la voie à une nouvelle taxe de 45 $ prélevée sur l’immatriculation pour les automobilistes du 450.

Au cours des mois précédents son adoption, l’opposition a fait des représentations pour que les élus des couronnes nord et sud aient véritablement un mot à dire sur les décisions qui seront prises en matière de transport.

Conclusion, deux structures ont été créées pour remplacer celles existantes. L’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) décidera des grandes orientations et s’occupera de la planification du transport collectif, tandis que le Réseau de transport métropolitain (RTM) devra gérer l’exploitation des trains de banlieue et des services d’autobus des couronnes nord et sud.

Taxe

La Coalition Avenir Québec (CAQ) n’a pas mis de temps avant de dénoncer la possibilité d’une nouvelle taxe de 45 $ qui pourrait être imposée aux automobilistes, comme c’est le cas à Montréal depuis quelques années.

«Ce n’est pas parce que tu fais une révision des transports que tu dois ajouter de nouveaux frais. Pourquoi aller chercher 45 $ de plus quand tu peux faire le ménage dans la fonction publique sans augmenter le fardeau fiscal des citoyens?» questionne Mathieu Lemay, député de Masson.

Meilleure représentation

Le député de Terrebonne, Mathieu Traversy, voit quant à lui des gains dans le projet de loi adopté par rapport à ce qui était initialement proposé.

«Au lieu de faire de l’obstruction systématique comme d’autres l’ont fait, nous avons proposé des améliorations. Les couronnes seront bien représentées.»

Questionné sur la possibilité d’une nouvelle taxe, le député péquiste a déploré ce qu’il qualifie de «manœuvre électoraliste» de la part de la CAQ et se demande pourquoi le parti n’a pas manifesté son opposition avec autant d’ardeur lors des discussions en commission parlementaire.

Reste à voir l’application

Le maire de Terrebonne et préfet de la MRC Les Moulins, Jean-Marc Robitaille, a bien hâte de voir comment ce projet de loi va se transposer dans la réalité.

«Une page est tournée. Peu importe la forme de la nouvelle structure, il faut que les objectifs soient atteints et il faut maintenir la qualité des services», souligne-t-il.

À son avis, les nouvelles structures apporteront une plus grande cohérence.

Concernant la possible taxe, il indique qu’il ne s’agit pas de sa décision.

C’est à l’ARTM que reviendra la décision de l’imposer ou non.

La Revue

lire la suite

Pages