Les retards s'accumulent à la Commission d'accès à l'information

L'opposition officielle y voit un «échec total» dans le bilan libéral en matière de transparence.​

Les retards s'accumulent à la Commission d'accès à l'information: le temps de traitement augmente dans presque toutes les catégories de dossiers.

Selon les données obtenues par l'opposition officielle et transmises à La Presse canadienne mardi, les délais ont augmenté de pas moins de trois mois dans certains cas, entre 2016-2017 et 2017-2018.

Ainsi, le délai moyen de traitement des dossiers juridictionnels clos par décision dans lesquels il n'y a pas eu de remise est passé de 503 à 597 jours.

De même, le délai moyen pour les dossiers de médiation a augmenté de 355 à 406 jours.

En contrepartie toutefois, le délai moyen de traitement des dossiers juridictionnels clos par décision dans lesquels il y a eu remise a diminué, de 906 à 874 jours.

L'opposition officielle a déploré l'extension des délais et y voit un «échec total» dans le bilan libéral en matière de transparence.

Le député péquiste Mathieu Traversy a remis en cause les prétentions du premier ministre Philippe Couillard selon lesquelles il dirigerait le gouvernement le plus transparent.

«On se rend compte que ce n'était que du vent. Dans le dossier des demandes d'accès à l'information, par exemple, rien n'a été fait pour améliorer les délais de traitement. Nous avons prévenu, l'an passé, l'ancienne ministre responsable de l'Accès à l'information, nous avons montré du doigt le manque de ressources, tant humaines que financières, mais aucune mesure n'a été prise pour améliorer le bilan libéral en matière de transparence.»

Le Huffpost

Pages