Décloisonnement et soutien à domicile

Décloisonnement et soutien à domicile

En caucus régional, les députés péquistes Mathieu Traversy (Terrebonne), Véronique Hivon (Joliette), Nicolas Marceau (Rousseau) et André Villeneuve (Berthier) ont dénoncé le sous-financement en matière de santé et présenté des pistes de solution. (Photo : courtoisie)

En caucus, les députés péquistes de Lanaudière, Mathieu Traversy (Terrebonne), Véronique Hivon (Joliette), Nicolas Marceau (Rousseau) et André Villeneuve (Berthier), ont dénoncé l’iniquité et le sous-financement en matière de santé, particulièrement dans la région.

 «Les années d’austérité que nous a fait connaître le gouvernement Couillard font très mal pour l’accès aux soins de santé. Nous avons eu l’opportunité de rencontrer plusieurs organismes du milieu pour confirmer le constat de retard et trouver des pistes de solutions», a déclaré Véronique Hivon.

Iniquité

«Nous sommes en retard, a de son côté affirmé André Villeneuve. En 2012, nous dénoncions cette iniquité qui s’élevait déjà à plus de 50 M$ dans une région (Lanaudière) où la croissance démographique est deux fois plus rapide qu’ailleurs et où les besoins ne cesseront d’augmenter.»

Les quatre députés ont présenté à la presse régionale les premiers volets des engagements du PQ en matière de santé et de services sociaux pour donner aux citoyens plus d’accessibilité.

L’un de ces engagements est le décloisonnement professionnel, un engagement verbalisé par le chef du PQ, Jean-François Lisée, il y a quelques semaines.

«Ça donnerait plus d’autonomie aux 200 000 professionnels de la santé qui ne sont pas utilisés à leur plein potentiel. Ça voudrait dire mettre en place des cliniques d’infirmières sans médecins, par exemple», a soutenu Nicolas Marceau. Pour l’ensemble du caucus lanaudois du PQ, les patients doivent être au cœur des choix budgétaires, et le plan péquiste prévoit un gel de l’enveloppe de rémunération des médecins.

Soutien à domicile

Deuxième volet du plan du PQ en santé, le financement au soutien à domicile sera augmenté de 500 M$ sur cinq ans en soutien à domicile. Pour André Villeneuve, ce réinvestissement permettra aux personnes aînées de demeurer à la maison. Une mesure sera aussi prise pour soulager les proches aidants en offrant du répit.

Enfin, on prévoit, dans le plan santé du PQ, un plus large soutien aux personnes vivant avec une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme et à leur famille, ainsi qu’un renforcement de l’aide accordée aux jeunes de 21 ans, alors que de nombreux services ne leur sont plus offerts.

La Revue

Pages