Un surplus réalisé à coups de patates en poudre

Mise à jour économique

Terrebonne, le 27 octobre 2016 – Le député de Terrebonne Mathieu Traversy s’indigne du fait que le gouvernement libéral annonce des surplus budgétaires de 2,2 milliards qui s’avèrent entièrement réalisés grâce à des compressions supplémentaires draconiennes ayant eu des impacts directs sur nos malades, nos élèves, les personnes vulnérables de notre société, ainsi que sur la croissance économique, qui demeure au neutre.

« Pendant qu’on néglige l’hygiène de nos aînés en CHSLD, et qu’on leur demande de manger des patates en poudre en six minutes, le gouvernement annonce des surplus qui serviront à financer des bonbons électoraux. Ce sont les surplus des patates en poudre », a déclaré monsieur Traversy. « Soyons clairs : ces surplus ne sont pas le signe d’une économie qui va bien, mais le résultat d’un saccage. Il n’y a vraiment pas de quoi être fier », a-t-il ajouté.

Alors qu’au printemps dernier, le gouvernement a présenté un budget qui semblait équilibré, il avait en réalité coupé, de façon purement idéologique, plus de 1,6 milliard supplémentaire dans les dépenses en 2015-2016. Les libéraux sont allés trop loin; on en constate les résultats dans nos écoles, nos CHSLD, au sein des organismes communautaires et dans les hôpitaux. « Les libéraux ont véritablement atteint le fond. Les Québécois ne sont pas dupes; ils comprennent que les bonbons électoraux qui seront annoncés sont offerts parce que des aînés ne reçoivent pas les soins d’hygiène auxquels ils ont droit. Les libéraux devraient être gênés », a indiqué monsieur Traversy.

« "La maison est en ordre", selon le ministre des Finances, Carlos Leitão. Si la maison est en ordre, c’est uniquement parce que les libéraux ont vendu les meubles et qu’il n’en reste plus! Le gouvernement a provoqué un fouillis dans toute la société, notamment chez les citoyens les plus vulnérables. La protectrice du citoyen a été claire : l’austérité fait mal », a poursuivi le député.

De l’austérité déguisée en investissements et des miettes pour les régions

On nous annonce aujourd’hui un investissement de 300 millions dans le réseau de la santé, alors que le gouvernement y avait coupé près de un milliard de dollars. On nous annonce 110 millions de dollars dans le réseau de l’éducation, alors qu’il a dû composer avec des compressions d’un peu plus de un milliard. Notons également l’absence de réinvestissements dans les CPE. « Pour l’année en cours, le réinvestissement que le gouvernement annonce, c’est 11 % de ce qu’il a coupé en santé, et 3,5 % en éducation. On assiste à un triste spectacle de pure stratégie électorale », a résumé le député de Terrebonne.

Pas d’oxygène pour les familles

Si seulement le gouvernement avait réussi à donner de l’oxygène aux familles… mais il n’en est rien. « Le gouvernement libéral est allé chercher près de 1500 $ dans les poches de chaque famille depuis son élection. Il faudrait maintenant qu’on l’applaudisse pour l’abolition partielle de la taxe santé, qui redonnera 200 $ à chacune d’elles. Peu importe la méthode de calcul, les familles sont toujours 1300 $ dans le trou », a conclu Mathieu Traversy.