Un bilan libéral qui ne passera pas à l’histoire

Fin de la session d’automne 2016

Terrebonne, le 13 décembre 2016 – Le député de Terrebonne, Mathieu Traversy, dresse le bilan de la session parlementaire qui vient de se terminer, sous le signe du bâillon, et constate que le gouvernement libéral est bien loin des préoccupations des Québécois.

« Nous venons de vivre l’une des pires sessions parlementaires depuis mon arrivée en politique : menu législatif minceur, gestion catastrophique des dossiers, nombreux changements de ministres et coupures budgétaires. En plus, le gouvernement Couillard a atteint un point de non-retour en ce qui a trait à la confiance des citoyens, » affirme Mathieu Traversy.

Nouveau chef, nouveau rôle

Le début de la session a été marqué par l’élection du nouveau chef du parti, Jean-François Lisée. Le député de Terrebonne a ainsi dû délaisser son rôle à l’environnement pour prendre la barre de l’organisation du parti. « Ce rôle de député organisateur qui m’a été confié à la veille des récentes partielles fut un gage de grande confiance à mon endroit. Pendant plus d’un mois, j’ai accompagné les différents candidats dans leurs campagnes locales. À ce sujet, j’aimerais souligner l’incroyable contribution des militants du Parti Québécois de Terrebonne qui n’ont pas lésiné pour m’appuyer dans cette nouvelle tâche, » complète le député.

Le Parti Québécois grand gagnant

Le 5 décembre dernier, nous avons ajouté des membres à notre équipe de députés avec la victoire du Parti Québécois dans Marie-Victorin et dans Saint-Jérôme. Devant l’augmentation de notre résultat dans Verdun et l’effondrement du Parti libéral, ces victoires électorales sont le signe d’un changement désiré et notre parti sera présent pour y contribuer. 

Selon le député, il y a urgence de renverser les libéraux. « Leur bilan de l’année 2016 est pauvre, désolant et anémique! Loin de gagner des points, il va à l’encontre des besoins des Québécois. À l’Assemblée nationale, nous devons composer avec deux formations politiques qui sont presque identiques, la CAQ et le PLQ. Deux partis qui partagent une complicité et des idéaux semblables : dans les projets environnementaux, pour le pipeline de TransCanada et pour la fracturation des hydrocarbures près des cours d’eau, ou encore lorsqu’il est question des mesures d’austérité qui étouffent nos familles. C’est du pareil au même! La CAQ aussi, elle ne s’en va nulle part! » ajoute M. Traversy.

Les bons coups

L’environnement a également occupé l’actualité de l’automne. « En tant que porte-parole en matière d’Environnement, un des projets qui me rend le plus fier est l’adoption du projet de loi zéro émission qui visait à accentuer la présence d’automobiles électriques sur les routes québécoises. En ayant adopté une attitude collaborative et constructive pour nous assurer que la loi soit efficace et engage dans une plus grande mesure le Québec sur la voie de l’électrification des transports, nous avons obtenu plusieurs gains par le biais d’amendements pour encourager fortement les constructeurs automobiles à augmenter l’offre de véhicule électrique, » précise le député.

De plus, nous avons pris position clairement contre le projet Énergie Est de Transcanada. « Pour nous, il n’y a pas d’ambiguïté : le critère de l’acceptabilité social n’est aucunement respecté! La société civile c’est clairement opposée au projet, les municipalités, les maires, l’UPA, les nations autochtones et j’en passe! Ils ont fait front commun pour s’opposer au projet. Devenir l’autoroute du pétrole albertain, ça ne nous intéresse pas, contrairement à la CAQ et au Parti libéral! » poursuit Mathieu Traversy.

Le Parti Québécois à l’écoute

Alors que le gouvernement se targue d’avoir « sauvé le Québec », le Parti Québécois a quant à lui entendu la volonté de changement des citoyens, leur appel pour qu’on écoute leurs préoccupations, et il compte bien incarner ce nouveau souffle dont le Québec a tant besoin. « Nous avons entendu les citoyens qui souhaitent un gouvernement qui rassemble et qui regarde vers l’avenir », a déclaré le député de Terrebonne.

Nous avons entendu les Québécois qui souhaitent avoir accès à des soins de santé. « Ce n’est certainement pas avec la réforme Barrette que la situation va s’améliorer! C’est un échec sur toute la ligne! Il n’arrive pas une semaine sans qu’un citoyen me parle d’un problème avec le système de santé. L’accès aux médecins de famille, la superclinique qui doit voir le jour dans le sud de Lanaudière, l’attente qui diminue à l’urgence… Tout cela, c’est bien beau sur papier, mais dans le vrai monde, ça n’est pas encore arrivé! » clame le député.

Nous avons aussi entendu les organismes communautaires qui disent devenir des zones de débordement du système de santé. « Le gouvernement les ignore! Il ignore complètement le travail que ces gens font pour notre communauté. Un travail en amont, de prévention et même de première ligne souvent. Nous avons marché avec eux cet automne pour les soutenir et pour demander une reconnaissance de leur travail essentiel, » ajoute Mathieu Traversy.

Et 2017?

« Au printemps 2017, je souhaite pouvoir entamer une vaste consultation des organismes touristiques québécois pour mettre à jour les positions de ma formation politique en matière de Tourisme, dossier dont je suis dorénavant porte-parole, » propose le député.

Le Parti Québécois de Terrebonne entamera quant à lui sa démarche de congrès de circonscription, qui se terminera en septembre en marge d’un congrès national afin d’établir un plan et un programme clair pour les élections de 2018.

« Je compte bien continuer de défendre les intérêts des gens de Terrebonne à l’Assemblée nationale. Les gens nous ont dit qu’ils voulaient aller vers les énergies vertes et sortir le Québec du pétrole, qu’ils s’attendaient à ce que le gouvernement fournisse de bons services en santé et en éducation, et qu’il aide les familles. Les élections partielles l’ont démontré : nous rassemblons, nous sommes en phase avec les besoins des Québécois. Et ça ne fait que commencer », a conclu Mathieu Traversy.