Un artiste aux talents multiples s’éteint

Peintre, chanteur, humoriste et animateur, Tex Lecor, un homme aux multiples talents qui habitait à Terrebonne depuis plusieurs années, a rendu l’âme samedi, à l’âge de 84 ans.

Paul Lecorre de son vrai nom est décédé entouré des siens, après avoir passé les derniers jours à l’hôpital en raison de problèmes pulmonaires.

Natif de Saint-Michel-de-Wentworth, dans les Laurentides, M. Lecorre était d’abord et avant tout un peintre, lui qui a fait son entrée à l’École des Beaux-arts de Montréal à l’âge de 18 ans.

Tex Lecor s’est ensuite fait connaître à la radio avec le Festival de l’humour québécois, une émission diffusée pendant 13 ans à CKAC, où il tenait notamment les bien connues Insolences d’un téléphone. Le fondateur du journal La Revue, Aimé Despatis, a d’ailleurs déjà été l’une de ses victimes.

À la télévision, Tex Lecor a entre autres été à la barre du magazine Y’a plein de soleil pendant 13 saisons à TQS avec ses complices de la radio.

Le grand public l’a aussi connu pour son interprétation de la chanson Le Frigidaire.

Impliqué localement

Installé à Terrebonne depuis les années 70, Paul Tex Lecor s’est aussi impliqué dans la région. La fondation de l’école des Hauts-Bois de Mascouche porte d’ailleurs son nom. L’argent amassé, d’abord par la vente de toiles de l’artiste, a permis d’aménager la bibliothèque de l’école. Les montants ont aussi servi à l’achat de divers équipements reliés à l’art, comme des instruments de musique.

«C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès de M. Paul Tex Lecor. Encore aujourd’hui, la fondation nous permet chaque année d’acheter plusieurs œuvres littéraires qui viennent garnir les étagères de notre bibliothèque et de nos classes. Merci à M. Lecor pour son soutien, et toutes nos condoléances à sa famille et à ses proches», a souligné la direction de l’école.

Le député de Terrebonne, Mathieu Traversy, a lui aussi réagi au décès de l’artiste. «Tex Lecor était non seulement un artiste engagé, mais un amoureux des arts et du Québec. Il a laissé un fort héritage culturel avec ses œuvres qui représentent nos paysages, nos habitants et nos scènes quotidiennes.»

Les funérailles auront lieu le 16 septembre à 13 h 30 à l’église Saint-Louis-de-France.

La Revue