Après l’austérité, les baisses d’impôts

Le 21 novembre, le ministre des Finances, Carlos J. Leitão, avait de belles nouvelles à partager, alors qu’il présentait sa mise à jour économique. Annonçant un surplus budgétaire de 2,4 G$, il a noté que Québec utilisera 50 % des surplus pour baisser les impôts des contribuables.

Parmi les mesures qui auront le plus d’impact chez les ménages, M. Leitão note une réduction substantielle des impôts. « Une famille avec deux enfants d’âge scolaire dont chaque conjoint gagne un revenu de 44 050 $ profitera d’une réduction annuelle de son fardeau fiscal de 1 200 $ dès 2017 », informe-t-il.

Québec abaisse le taux d’imposition des premiers dollars de revenu gagné de 16 % à 15 %, le tout rétroactivement au 1er janvier 2017. De plus, afin d’aider les familles pour l’achat de fournitures scolaires, le gouvernement leur versera en juillet un supplément de 100 $ par enfant d’âge scolaire chaque année. Pour l’année scolaire 2017-2018, Québec versera ce 100 $ par enfant dès janvier.

Lutte à la pauvreté et investissement

Par ailleurs, le gouvernement met en place son troisième Plan de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Il bonifiera le revenu disponible des personnes en situation de pauvreté, tout en maintenant une incitation à intégrer le marché du travail et ainsi favoriser la participation sociale et l’inclusion. Ces mesures totalisant près de 2,6 G$ sur six ans contribueront à sortir plus de 100 000 personnes de la pauvreté.

La mise à jour prévoit aussi des investissements additionnels de 630 M$ en santé, de 444 M$ en éducation et de 667 M$ pour le développement économique régional, dont 367 M$ pour déployer des infrastructures numériques donnant accès à Internet à très haute vitesse à 90 % des Québécois.

La CAQ et le PQ dénoncent les libéraux

La Coalition Avenir Québec, de la voix de son critique en finances, François Bonnardel, dénonce le fait que les libéraux agissent parce que le contexte politique les y oblige. « Philippe Couillard ne fait que remettre aux familles l’argent qu’il est allé piger dans leurs poches depuis trois ans », dit-il.

Quant à la remise de 100 $ par enfant d’âge scolaire, Mathieu Lemay, député de Masson, note que l’idée vient de son parti, qui veut réimplanter un programme favorisant le taux de natalité qui contribuera à l’économie du Québec.

Pour Mathieu Traversy, député péquiste de Terrebonne, on assiste ici au déclenchement de la campagne électorale libérale : « Les bonbons électoraux du Parti libéral ont été amassés grâce aux hausses de taxes injustifiées et aux coupes draconiennes des trois dernières années dans les services publics ».

« Lorsque nous avons demandé au premier ministre pourquoi il avait tant coupé, il nous a dit que “c’était nécessaire”. On comprend maintenant que c’était nécessaire uniquement pour son plan de réélection », conclut le député qui associe l’austérité libérale aux idées prônées par la CAQ.

La Revue