50% des CHSLD sont en mauvais état, dénonce le Parti Québécois dans Lanaudière

CaucusPQLanau1

Les députés lanaudois du Parti Québécois, André Villeneuve (Berthier), Véronique Hivon (Joliette), Nicolas Marceau (Rousseau) et Mathieu Traversy (Terrebonne), dénoncent l’abandon des aînés par le gouvernement libéral. Alors qu’une récente évaluation du Conseil du trésor démontre que la moitié des CHSLD de la région sont en mauvais ou très mauvais état, le Parti Québécois exige que la situation soit rapidement corrigée et que nos aînés puissent résider dans des lieux sécuritaires, agréables et recevoir des services de qualité.

« Nous avons fait un extraordinaire travail au Québec sur la question de mourir dans la dignité. Il faut maintenant nous doter d’un vrai plan pour vivre dans la dignité. On est rendus là. Un gouvernement du Parti Québécois tiendra des États généraux sur les conditions de vie des personnes aînées au Québec et formera des équipes d’infirmières et de pharmaciens en CHSLD. Nous allons prendre soin de nos aînés et nous ne les laisserons pas vivre dans des centres qui sont gravement négligés, voire abandonnés », a affirmé la députée de Joliette et vice-cheffe, Véronique Hivon.

« Près du quart des CHSLD au Québec sont en mauvais ou en très mauvais état, mais dans Lanaudière, c’est pire! 50% de nos établissements ont un besoin urgent d’être rénovés. Les libéraux ont abandonné nos aînés. Le gouvernement a octroyé seulement 90 M$ en 2 ans pour l’ensemble du Québec; c’est insuffisant pour ramener ces établissements vétustes à un niveau satisfaisant. Pour nous, la qualité de vie de nos aînés doit être une priorité », a poursuivi le député de Berthier, André Villeneuve.

« Les libéraux ont tellement attendu que certains centres doivent maintenant louer des locaux dans le secteur privé parce que les lieux sont rendus invivables. Nous avons déjà demandé que le Protecteur du citoyen enquête. Les chiffres accablants qui sont présentés aujourd’hui sont un argument de plus pour une vraie enquête sur l'état des CHSLD et des résidences privées. On parle d'aînés. On parle de nos parents et de nos grands-parents. Il faut prendre soin de notre monde au Québec » a ajouté le député de Rousseau, Nicolas Marceau.

« Dans 10 ans, un Québécois sur quatre aura plus de 65 ans. Il faut cesser de jouer au pompier, mais plutôt agir en prévision des besoins qui continueront de s’accroître. Il faut investir dans le soutien à domicile et dans l’amélioration des services offerts à nos aînés. Il faut permettre à nos aînés et à leur famille que cette partie de la vie se fasse dans la dignité. C’est ce que fera le gouvernement du Parti Québécois dès le 1er octobre prochain », a conclu le député de Terrebonne, Mathieu Traversy.

Plume Libre Montcalm