Abolir la «taxe famille» et réinvestir massivement, exige Traversy

Abolir la «taxe famille» et réinvestir massivement, exige Traversy

Le député de Terrebonne Mathieu Traversy a des attentes par rapport au prochain budget provincial. (Photo: Courtoisie)

Le député de Terrebonne, Mathieu Traversy, demande au moins deux choses au ministre des Finances, Carlos Leitão, en vue du budget équilibré que ce dernier déposera le 28 mars prochain : la modulation des tarifs des services de garde en fonction du revenu, que plusieurs appellent la «taxe famille», ainsi qu’un réinvestissement majeur en éducation et en santé.

L’ancien porte-parole de l’opposition en matière de famille milite depuis plusieurs années pour un retour à l’universalité des tarifs des services de garde pour assurer l’égalité des chances aux jeunes familles québécoises.

Il croit aussi que le gouvernement se doit de réinvestir dans les services publics, surtout dans les domaines de l’éducation et de la santé.

«Plusieurs établissements scolaires ont besoin d’amour», dit M. Traversy, en parlant autant des écoles primaires et secondaires que du Cégep de Terrebonne.

En matière de santé, il souhaite que les aînés puissent jouir d’une meilleure qualité de vie. Si des sommes ont été investies au cours des dernières années dans les soins à domicile, Mathieu Traversy se demande si elles sont suffisantes. «Selon les échos que j’ai sur le terrain, certains organismes communautaires ont l’impression de devenir des zones de débordement», déplore-t-il.

Des projets qui n’avancent pas

Par ailleurs, M. Traversy répète que plusieurs projets fort attendus dans la région font du surplace depuis plusieurs années, citant en exemple l’ajout de 150 lits à l’Hôpital Pierre-Le Gardeur, le prolongement de l’autoroute 19 et l’élargissement de la route 337.

«Nous avons une croissance fulgurante de la population, mais les services ne suivent pas la cadence. Le gouvernement doit remettre les priorités du 450 nord au sommet de la pyramide. Les libéraux ont laissé tomber les gens de la Rive-Nord», tonne le député péquiste.

«Après les coupes, le bonbon»

Pour ce qui est des probables baisses d’impôt qui seraient annoncées lors de la présentation du budget, selon certains médias, Mathieu Traversy ne serait pas surpris que ce soit le cas, à 18 mois des prochaines élections provinciales. «C’est de la vieille politique, cette distribution de bonbons. Le gouvernement a fait des coupes pour mieux redonner ensuite. Mais les gens ne sont pas naïfs et l’électorat est mature», conclut le député péquiste de Terrebonne.

La Revue

Pages