Le PQ veut des positions claires

Le PQ veut des positions claires

Le 21 septembre, le Parti Québécois a présenté une motion de rejet du projet d’oléoduc Énergie Est. Cette motion n’a reçu l’aval ni du PLQ ni de la CAQ. Mathieu Traversy a interpellé directement son collègue Mathieu Lemay, député de Masson, pour qu’il s’explique.

«En refusant d’appuyer (cette) motion, le PLQ et la CAQ fournissent une preuve additionnelle que leurs élus ne sont pas en phase avec la population qu’ils représentent», déclare le porte-parole en matière d’environnement du PQ dans un communiqué.

Traversy interpelle Lemay et la CAQ

Rejoint plus tard, le député Traversy a ajouté que la première condition à analyser est l’acceptation sociale. «Si le député de Masson écoutait vraiment la population, il aurait voté en faveur de la motion parce que l’acceptation sociale n’est pas là.» Mathieu Traversy a, de plus, rappelé l’opposition de plusieurs organismes et groupes de Lanaudière et, particulièrement, de la MRC Les Moulins.

«Or, je ne peux parler pour mon collègue (Mathieu Lemay), mais sa position semble nous montrer et nous faire présumer qu’il est en faveur d’un projet qui divise le territoire. Il est coincé entre les intérêts des citoyens de Masson et son parti. Il est temps d’avoir une réponse claire, c’est oui ou c’est non. Nous avons tout en main : les impacts environnementaux, les retombées économiques et l’opinion de la population.»

Trop de questions en suspens

«Nous nous sommes battus pour obtenir un BAPE complet qui s’apprête à reprendre son processus au cours des prochains jours. Il reste beaucoup de questions en suspens et TransCanada doit répondre à ces questions», allègue Mathieu Lemay.

Il a de plus ajouté que la CAQ a proposé un amendement à la motion que le PQ a refusé. Cette modification proposait d’ajouter quatre conditions reliées aux retombées économiques, aux normes environnementales à appliquer, à la protection des terres agricoles et l’acceptabilité sociale des communautés traversées.

«Je vois bien le jeu de Mathieu Traversy. Il veut faire croire que je ne m’occupe pas de mes concitoyens, mais c’est faux. Il y a des étapes à suivre et nous ne voulons pas les sauter. TransCanada a encore des preuves à faire. Ce n’est pas dit que nous ne rejetterons pas le projet à la fin du processus», se défend le député de Masson.

La Revue

Pages