Le milieu politique réagit

Les attentats perpétrés à Nice n’ont laissé personne indifférent. À l’instar des citoyens, le milieu politique a lui aussi montré son soutien aux victimes, dont Mathieu Traversy, qui profitait de vacances à deux kilomètres du drame, le 14 juillet.

Le député de Terrebonne a décidé de célébrer la fête des Français à Villefranche-sur-Mer plutôt qu’à Nice. Témoin de la stupeur des gens au moment de l’attentat, il a publié sur Facebook : «Mes pensées sont tournées vers les proches des victimes, les Niçois et les Français. Les mots ne sont pas assez forts pour exprimer l’atrocité de cette tragédie.»

Les villes de Mascouche et de Terrebonne ont mis leurs drapeaux en berne en guise de soutien. «Nos pensées vont à Nice, aux victimes et aux familles touchées en ce jour sombre pour la démocratie. Nous sommes tous, de près ou de loin, ébranlés par cette tragédie», a souligné Guillaume Tremblay, maire de Mascouche.

Conseiller municipal de Mascouche et natif de France, Bertrand Lefebvre a pour sa part reçu beaucoup d’appui. «Nous sommes une fois encore, une fois de trop, frappés par cet attentat horrible. La France, ce grand pays, devra se relever de cet acte de barbarie. Merci beaucoup, amis Québécois, pour votre support moral», a-t-il répondu sur sa page Facebook.

François Legault, député de L’Assomption et chef de la CAQ, a qualifié l’intégrisme islamiste comme étant «l’ennemi commun le plus important que les démocraties ont connu depuis des décennies». «Nous ne devons ménager aucun effort pour le combattre et pour l’éliminer», a-t-il dit par communiqué, en transmettant ses pensées au peuple français.

La Revue

Pages